• LIVE8 dans ton SLIP

    Au moment des bilans de l année, tout ce que le gotha journalistique du rock n roll possède comme têtes pensantes et autres drivers d opinion se rappellera de l'événement médiatique de l'année, le LIVE 8. Avalanche de stars, magie des multiplexes, réconciliation des courants musicaux, et surtout pureté de la cause, tout y était pour faire vibrer la planète au son de la musique.

    Et pourtant, c'est surement à l extrême opposé, loin des projecteurs, dans l'intimité du jardin secret d'un hermaphrodite camouflé derrière ses looks extra terrestres, que s'est passée la plus impressionnante expression d'un crossover pop rock : Antony And The Johnsons signe avec "I am a Bird Now" tout ce qu'un Bob Geldof a mis 4 continents et ouatmille scènes à mettre sur pied. Blues, pop, paroles rock, tout y est.

    Voyez plutot : Quand on regroupe comme invités Rufus Wainwright (concert de l année mesdames messieurs), Lou Reed (Monsieur underground par excellence), Devendra Banhart (messie musical ou sombre charlatan, l'avenir le dira mais le présent parle pour le barbu) et Boy George, on a largement de quoi défendre sa cause.

    Parmi les vieux fûts du plus grand concert de l 'univers, Annie Lennox a fait frissonner, Stevie Wonder déplace toujours des montagnes, Mac Cartney magistral, mais qui a atteint l'intensité d'un Boy George à la voix incroyable dans son comeback pop sur "You are My Sister"?

    Qui dans les prestigieuses playlists du LIVE8 peut prétendre au titre de choc trans-générationnel mieux que le "Fistful Of Love" de Lou Reed et Antony (I can feel your fist, and it's full of love, quelles paroles!)? Elton John et Pete Doherty sur "Children of the Revolution"? Peut être, mais le résultat décevant des deux anglais fait pencher encore une fois pour Antony.

    Ajoutez Rufus Wainwright sur "Waht can I Do" pour la crédibilité mainstream, et contre les duplex depuis le Japon, l intro de "Free at Last" fera l'affaire.

    Non, vraiment, l'événement musical de l année s'est définitivement passé tout près des parties intimes, dans les sous vêtements du très très grand Antony

     

     

     


  • Commentaires

    1
    gf
    Dimanche 24 Juillet 2005 à 21:53
    Mmm
    Moi qui repassais à Gerschwing ce WE... heureusement que je passais par là sinon je devenais un vieux con. Quoique, finalement, Lou Reed et Boyg G. ça ne me rajeunit pas tellement... mais au moins j'arrive encore à suivre ! Ciao, GF.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :