• On me réclame des détails sur LORIOT. Alors LORIOT, ca commence par le sketche de l oeuf : Ensuite, on enchaine sur "Ich sitze hier": Pour voir le vrai Loriot, Bundestagsrede: <script type="text/javascript" language="javascript" src="http://www.zippyvideos.com/embed.z?u=9585446136467056"></script> Mon préféré (un peu long) reste le sketche du piano:


    Loriot - Das Klavier - MyVideo

    1 commentaire
  • Là où la France distribue ses Césars, l Allemagne s est décidée pour des LOLA. La cérémonie avait lieu la semaine dernière à Berlin, restransmission à la TV, robes de soirée et personnalités mondaines (acteurs mais aussi politiciens), la mise en scène est à hauteur de l événement. Le film que tout le monde attendait, le candidat le plus internationalisable, était évidemment "Das Parfüm". S il s en tire bien en nombre de récompenses, il ne raffle finalement que des prix de convenance (technique, son, etc.) La vraie consécration de la soirée, c est "Vier Minuten". Lola d Or, mais aussi meilleure actrice pour Monica Bleibtreu. La maman du beau gosse Moritz (Lola Rennt), qui fetait ce soir la son anniversaire, a d ailleurs marqué la soirée en dédiant dans un discours émouvant son prix à son fils, qui lui aurait tout appris, en particulier le sens de l humour. Et même la jeune actrice Hannah Herzsprung qui accompagne à l affiche recoit un prix, celui du meilleur second rôle, même si pour un autre film. Alors, ce film allemand pourra t il continuer à amplifier le renouveau du cinéma allemand à l étranger et prendre la suite de La Vie des Autres? Peut être pas, tant l hérrédité est dure à porter après la carrière jusqu aux Oscars du carton 2006. Avec un sujet dramatique, une prisonnière ancienne prodige qui retrouve goût pour le piano grâce à une professeur résidente dans la prison, on est avec "Vier Minuten" dans la performance d actrices, le choc des générations, la passion. Là où un scénario béton traverse facilement les frontières, les étrangers risquent de moins percuter sur l interprétation. D autant que le film souffre de symptômes allemands: Madame le professeur, ayant plus de 60 ans, a évidemment à se replonger dans le passé nazi. L ambiance et la couleur du film sont éxagérément noircis, forcant le trait sombre du style germanique. Et la fin certainement trop américanisée par une envolée lyrique. L Allemagne serait elle encore dans le dilemme entre cinéma d auteur européen et grands productions hollywoodiennes? En tous cas on préfère ses tentatives sans concession ("Gegen Die Wand") où quand elle s impose par le scénario. Cela ne retire rien à Hannah Herzsprung qui débute là en beauté.

    votre commentaire
  • Pour annoncer la teutonnisation de ce blog (plus de détails en 2007), prenons un mirroir et regardons comment nous percoivent nos amis germains. Premier exemple par un rapper médiatique qui se définit, comme sa photo le montre, entre Sinatra et Robbie Williams : MC Winkel.
    Alors comme ca on a un temps de merde, on mange nos ongles, on regarde trop la StarAc? Mais nos enfants sont gentils..
    C est sans pitié mais pas si négatif, finalement :
    www.whudat.de

    votre commentaire
  • Nan, nan, naaaaaaan. Je ne fais pas de racolage pour augmenter les visites du blog. Je suis dans la pure ethnologie du peuple germain, et je regarde uniquement pour mieux comprendre, oui comprendre, comment les apprentis mannequins dirigées par Heidi Klum vont devenir des toooooops.
    En attendant la Heidi elle se fait surtout insulter par ses concitoyens pour incitation à l anorexie. Boaaaaah.

    4 commentaires
  • Un peu d anthropologie du germain : samedi dernier, j ai voulu enregistrer "Wetten dass", LE prime-time du samedi soir allemand.

    - Présentateur Thomas Gottschalk, une sorte de vieux beau aux cheveux blonds frisés et longs qui dégage à la fois une assurance due visiblement a des années de rodage et une vulgarité intersidérale : plusieurs minutes à commenter le décolleté de son invitée quincagénaire, déclencheur malheureux d un concours de fesses avec les invités. On est loin de Drucker, on laisse meme Patrick Sebastien au rang des poetes. Et pour le look je vous laisse juger sur pièces, les costumes sont de purs collectors

    - invités : Il faut vous imaginer que l Allemagne est un des derniers pays a n avoir pas mis de PopIdol ou autre StarAc le samedi soir comme programme familial; "Wetten dass" est donc le refuge des grosses stars en quete d audience globale; apres Madonna quelques semaines avant, la semaine derniere Robbie Williams, 50Cent (et evidemment quelques footeux) se partagaient l affiche

    - concept : une suite de paris inventés par la rédaction mettent au défi une ville accueil et des invités pour impressionnerle quidam. Et la on se rend compte que si l emission existe depuis plusieurs annees, le Patrick Sebastien il n est pas allé chercher tres loin son concept de cirque magie wathever.

    Bref on l a fait, c est une institution, mais c est pas ca qui va nous intégrer plus vite.

    Signé : diebertranden en quete de vérité germanique


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique